NOS PROJETS EN ATTENTE

 Assurer un approvisionnement immédiat en eau de culture. Lorsque la période de sécheresse est avancée: l’absence d’eau est totale. Concernant le village principal que nous aidons, la première goutte d’eau est à 25 km ! Impossible de cultiver quoi que ce soit. Nous allons relever le défit  d’assurer un approvisionnement régulier en eau. Un généreux donateur nous a remis un châssis de remorque  auto freiné de 5T de charge utile. il sera envoyé sur place prochainement dans  le  prochain conteneur en préparation. Avec  cette remorque attelée  à un de nos tracteurs  et accouplée à une citerne déjà en fonction,  nous pourrons assurer le transport de 8 m3 d’eau quotidiennement !

Un approvisionnement d’eau  assuré jusqu’à la prochaine saison des pluies va permettre  la production de compost – le démarrage d’une pépinière en vue d’un début de reboisement – de stimuler la croissance des jatrophas – de commencer une zone de maraîchage – et évidement d’abreuver les animaux de proximité.

1000

borne-forage avec pompe manuelle

 

⇒ Le problème de l’eau potable est crucial. Les forages ne sont pas suffisants.
Peut-être un pour 500 habitants. les femmes et les enfants doivent se déplacer sur plusieurs kilomètres en transportant plusieurs bidons de 20 litres.

Insuffisance des forages signifie partage entre plusieurs villages et conflits. Un des villages  que nous aidons est dans cette situation. Nous aimerions le doter d’un forage dans sa périphérie dans le cadre d’un projet de regroupement de plusieurs forages pour réduire le coût unitaire et régler  l’accès à l’eau potable sur un ensemble de villages.
Ceci a un coût, car il faut faire venir une entreprise spécialisée possédant un engin capable de forer à 50 mètres de profondeur.  Pour réaliser ce projet fondamental nous allons prochainement organiser une levée  populaire de fonds  afin de trouver le budget nécessaire. Cette opération fera l’objet d’une communication spécifique.

Résoudre le problème d’approvisionnement d’eau de culture de façon pérenne.

 Au bout de quelques mois les mares sont desséchées sous l’action de l’évaporation. Impossible de cultiver avant le retour  de la saison des pluies. Cette période dite de soudure est absolument  épouvantable. Elle pourrait facilement être traversée si l’eau de la saison des pluies était stockée dans des bassins de rétention que l’on appelle « bouli » en langue peule.
Nous avons l’intention de réaliser  un  bassin de ce type lorsque l’opération forage sera terminée.
Nous disposons déjà d’un engin de terrassement remis par une entreprise sponsor de notre association.

 10000Ce  » bouli  » lorsqu’il est rempli présente un diamètre de 50 mètre une profondeur de 10 mètres. Il permet de stocker de l’eau  durant quelques  mois seulement car l’évaporation est le principal « consommateur ». Dans notre projet nous prévoyons  de creuser un bassin identique en dimension mais avec une réhausse de 5 mètres sur sa périphérie avec la terre excavée.